Longues peines - Jean Teulé



4ème de couverture
Dans la cellule 203, ils sont quatre : Jacky Coutances, maigrichon et sournois, a probablement tué trois de ses amoureuses dont on n’a jamais retrouvé les corps ; Sergueï Kazmarek, colosse illettré et irritable, a rendu hémiplégique une jeune mariée dont le futur époux avait eu la mauvaise idée de lui faire une queue de poisson ; Pierre-Marie Poupineau, pataud et bonhomme, a trop aimé les enfants en général et ses belles-filles en particulier. Elles ont attendu la mort de leur mère pour l’envoyer en prison ; Et Sébastien Biche, instituteur fragile, a, dans un moment d’épuisement et de folie, tué son bébé en lui cognant la tête contre la cheminée. Dans la 108, elles sont trois : Corinne Lemonnier, monstre femelle qui offrait ses neveux et ses nièces aux plaisirs sadiques de son amant ; Nadège Desiles, qui a tué son bébé à sa naissance par crainte de déplaire à son mari ; Et Rose Allain, dont tout laisse à penser qu’elle est là par erreur. Jacky aime Corinne et Corinne aime Jacky. Ils ne se connaissent que par les mensonges amoureux qu’ils échangent en hurlant, chacun collé aux barreaux de leur fenêtre respective. Kazmarek fait lire et écrire ses lettres d’amour par ses codétenus contre de menus services (comme d’accompagner Poupineau à la douche pour lui éviter de se faire sodomiser, car la prison est dure aux pédophiles). Sébastien Biche s’étiole en silence. Nadège Desîles, elle, s’est prise d’affection pour le deuxième barreau de la fenêtre de sa cellule où elle croit reconnaître son mari tant aimé. Et tout le monde plaint la petite Rose Allain, qui est si mignonne. Le directeur fou d’amour pour son épouse stérile sombre lentement dans une douce démence alors que, tel un chœur antique, les gardiens commentent et explicitent les lois étranges qui régissent cet enfer. Et si l’un d’entre eux croit pouvoir franchir la ligne invisible qui sépare ceux qui sont détenus de ceux qui les gardent, il en crève.
Peut-être aurez-vous le sentiment que Jean Teulé a poussé le bouchon un peu trop loin. Que son imagination enfiévrée et son goût immodéré de la provocation l’ont poussé hors du cadre. Que son amour de la phrase enlevée, du mot juste et de la scène explosive l’a fait disjoncter. Sachez simplement que les histoires qui tissent ce roman magnifique sont tirées de faits authentiques.

Mon avis

C'est le deuxième livre de Jean Teulé que je lis. Très différent de la première oeuvre que j'ai découverte, je n'ai néanmoins pas décroché de ma lecture, débutée hier au soir.
Ce livre, à la très jolie couverture, est un voyage à la découverte de l'univers pénitenciaire.

L'écriture de Teulé est parfois crue, mais elle ne détonne pas avec le sujet du livre ou avec les personnages qu'on y rencontre.
Les personnages, justement, sont tour à tour attendrissants, révoltants, amusants, peinants...

On ne sort pas intact de cette lecture, on se retrouve propulsé dans un univers dur, vengeur. La vie carcérale y est décrite sans tabou.
Le quatrième de couverture en dit beaucoup sur ce qu'il y a à découvrir mais cela vaut la peine de s'y attarder.

J'ai aimé le parallèle détenu-surveillant, qui ne sont, somme toute, pas très différent.
Un récit où se chevauchent amour, haine, douceur et violence. Un livre que j'ai lu rapidement, parce qu'il n'y a pas de temps mort. Une oeuvre entre roman et témoignage. Un bilan: ravie de l'avoir lu !

2 petit(s) cri(s):

Spyd Skorpionnan a dit…

malgré ton avis favorable, je sors le joker sur ce coup là ... l'horreur de semble déjà suffisamment envahissante pour éviter d'aller à sa rencontre.

Céline72 a dit…

J'ai lu aussi qu'un seul livre de cet auteur et je dois dire que celui-ci me fait de l’œil depuis un petit moment.

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse....