La délicatesse - David Foenkinos


4ème de couverture
"François pensa: si elle commande un déca, je me lève et je m'en vais.C'est la boisson la moins conviviale qui soit. Un thé, ce n'est guère mieux. On sent qu'on va passer des dimanches après-midi à regarder la télévision. Ou pire: chez les beaux-parents. Finalement, il se dit qu'un jus ça serait bien. Oui, un jus, c'est sympathique. C'est convivial et pas trop agressif. On sent la fille douce et équilibrée. Mais quel jus ? Mieux vaut esquiver les grands classiques: évitons la pomme ou l'orange, trop vu. Il faut être un tout petit peu original, sans être toutefois excentrique. La papaye ou la goyave, ça fait peur. Le jus d'abricot, c'est parfait. Si elle choisit ça, je l'épouse...
- Je vis prendre un jus... Un jus d'abricot, je crois, répondit Nathalie.
Il la regarda comme si elle était une effraction de la réalité."

Notre avis
Une fois n'est pas coutume, un livre lu à 4 yeux.
Partager, le choix, la lecture d'un livre, en parralèle, en s'imprimant un rythme commun, en oubliant un peu nos réflexes personnels, c'est l'expérience faite avec cette ouvrage.
Vous trouverez ci-dessous, ma chronique (en gris) ainsi que celle de spyd (en bleu), complice de cette aventure.
Le voyage se fera en 3 temps...... Attention, comme l'a relevé spyd avec beaucoup de justesse, le fait de le chroniquer en 3 fois nous rend par moment coupable de spoiler un peu.... si vous ne l'avez pas lu.... soyez prévenus.....

mais d'abord:  
spyd ? mais qui est-ce ?
Pour ceux et celles qui ne le connaissent pas, spyd est un lecteur assidu, lorsqu'il est confortablement assis dans son fauteuil préféré. J'ai fait sa connaissance, il y a environ 7 mois par le biais du site Livraddict et au fil de nos conversations, nous sommes découverts des goûts communs. Un regard croisé sur "La délicatesse" s'est insinué comme une évidence et une première expérience pour tout les deux. Un lecture nouvelle pour tout les deux puisqu'il est généralement orienté Polar ou science-fiction et que je me délecte de thrillers.  
Je vous conseille de vous installer et de faire un grand détour sur son blog dont les chroniques sont superbes.


Ma 1ère escale (chap. 1-39)
Tout d'abord, je dois dire que j'aime beaucoup la couverture de ce livre, à la fois intrigante et douce. Il faut savoir que ce livre est découpé en chapitres de tailles différentes, de quelques lignes, à quelques pages, qui, pour moi, rythment l'histoire.
J'avoue, qu'à la lecture du début de l'histoire, j'ai beaucoup souri, eu le coeur embaumé de douces émotions, j'avais envie de tendresse, d'amour, je suis dans le thème. Sans être mièvre, l'histoire se pose, les sentiments s'exposent. Je peux dire sans rougir que je n'ai pas eu de peine à m'imaginer dans la peau de Nathalie. Elle aime rire, elle aime lire, elle aime tout court....
François, quant à lui, est un homme qu'on ne peut qu'aimer. Jusqu'à.....  
Leur rencontre (que j'éviterai de spoiler ici), si spéciale, et leur belle histoire, donne l'essence au début de ce roman, que j'ai hâte de poursuivre.
D'autres personnages, tel Charles, le patron, ou Markus, le collègue scorpion, viennent ajouter du piquant et m'intriguent.
Envie d'en dire plus, mais je m'arrêterai là pour cette partie. Pour l'instant, grande envie de poursuivre.
J'avoue que j'ai hâte de connaître le ressenti de mon complice de lecture, des yeux masculins sur la même histoire ressentent-ils les mêmes sensations ?
Sa 1ère escale (chap. 1-39)
Cette première partie m'a enchanté. C'est un cocktail pétillant et frais.
Tout y est juste et touchant. La rencontre entre François et Nathalie est superbement décrite, tous deux ébahis et incrédules devant l'évidence de l'autre. Leur vie commune est irisée de moments de bonheur et de complicité partagée, au point qu'ils se sentent presque coupables d'être si heureux.
La mort de François frappe brutale et inattendue. Le chagrin et le deuil de Nathalie sont sobres mais prenants. Elle se retrouve dans cet état d'esprit qui est le mien en période de lassitude et dont j'ai particulièrement apprécié la description : elle suit le monde comme un spectacle, elle n'est que la spectatrice et l'actrice forcée d'un spectacle qui n'a pas été écrit pour elle. Sensation oh combien véridique et angoissante.
Les chapitres sont courts. Certains d'entre eux ne comportent que quelques mots, une information, une donnée qui ancre le récit dans la réalité et en même temps le distancie un peu comme si tout cela n'était pas le plus important. Les éléments constitutifs de l'histoire bénéficient de chapitre plus étoffés, et le rythme du langage s'accorde alors au sentiment dégagé par l'instant vécu.
Il y a un humour bien venu, comme la scène du bar ou bien  le laïus sur le suédois originaire de Uppsala : "Même le nom de cette ville sonne comme une excuse". La fantaisie et la joie sont présents, la tristesse aussi.  
Tout cela baigne dans un élan de vie réjouissant et véridique, touche et sonne juste.
J'ai hâte de lire la suite...

Ma  2ème escale (chap. 40-85)
Déjà, il faut dire à quel point j'avais envie de continuer ce livre, qui est, comme son titre l'indique, tout en délicatesse.
L'humour, toujours présent, donne envie de sourire, comme l'histoire dans sa globalité.
Ce deuxième tiers laisse place à la renaissance de Nathalie, du moins, c'est ainsi que je l'ai ressenti. On y découvre une Nathalie qui s'ouvre à l'autre et un Markus qui n'a pas confiance en lui mais se surpasse. On aperçoit la "jalousie" naissante de Chloé.
Dans cette partie, j'ai beaucoup apprécié la délicatesse justement, de Markus, l'attention qu'il porte à l'objet (terme bien mal choisi) de ses rêves.
Pour ma part, je ressens la connivence, fort peut dévolée pourtant, du couple en devenir (ou pas à vrai dire, vite je veux lire la suite....).
Quant à Charles, boss possessif et jaloux, il refait son apparition et j'ai hâte de connaître ses plans.
Je dois dire que ce livre me plait beaucoup et l'histoire m'émeut par son authenticité. Rien me manque.
J'ai maintenant hâte d'attaquer la fin, de savoir comment cela va se poursuivre.
Avis de mon comparse toujours identique ? Affaire à suivre.
Sa deuxième escale (chap. 40-85)
Ici encore les sentiments sont finement peints. Nathalie, coupable de ce baiser incongru, se laisse courtiser par Markus. Mais Markus n'est que maladresse et émotion. Il va même jusqu'à repousser Nathalie lorsqu'il se rend compte que cette relation est trop belle pour être vraie et qu'il ne pourra qu'être blessé. Mais "On ne devrait faire l'économie d'une douleur potentielle".(p 137) Il s'engage donc doucement et sa candeur et ses sentiments émeuvent Nathalie. Il est particulièremetn touchant et attachant, passant des moments de gloire euphorique au désespoir l'espace d'un regard.
Il ya moins d'humour dans cette partie. On est en effet dans les atermoiements de la séduction sincère et inquiète. L'entreprise dans laquelle évoluent les personnages est également un milieu assez rude et en tous les cas intimement perfide..
Bien que les chapitres restent assez courts, le style de l'auteur s'affirme plus solide. Le soliloques inquiets et fiévreux de Markus, les délires du Boss ou l'étonnement heureux de Nathalie appellent à des développements plus longs. Tout sonne toujours aussi juste.
Une pointe d'inquiétude en plus : le boss, les collègues jaloux, vont ils ruiner cette idylle qui ressemble de plus en plus à un véritable amour?


Ma troisième escale (chap. 86-fin)
Dans cette partie, qui signe la fin de cet adorable roman, j'ai vraiment réellement haï Charles, le boss et ses ruses pour tenter d'éloigner notre couple en devenir.
Mais ce que je vais conserver de cette partie, c'est la légéreté avec laquelle s'établit progressivement la relation et le ressenti de bonheur qui parcoure l'échine dorsale quand on le lit.
J'ai aimé les moments où l'histoire prend de la vitesse, où les sentiments dépassent la raison, les instants passés dans la maison et le jardin de la maison de la grand-mère, leur connivence, leur partage, leur douceur, leur intimité discrète, leur délicatesse.
Ce que j'ai moins aimé, c'est la fin, qui est arrivée trop vite.....
Sa troisième escale (chap. 86-fin)
Le livre continue sur le même ton. Toujours intime, drôle et frais. Mais tout s'accélère comme si cette fin n'était qu'accessoire au regard de  tout ce qui s'est passé avant. 
J'ai quand même apprécié tout particulièrement quelques passages que  je me permets  de citer.
Markus se rend compte petit à petit que son amour pour Nathalie n'est pas une fleur fraichement éclose mais que même sans le savoir, il en a toujours été amoureux. Cela marque ses sentiments dasn la continuité et la solidité: "Chaque jour près d'elle avait été la conquête immense mais sournoise d'un véritable empire du coeur"(p172)
Nathalie elle se rend également compte que cette amourette a largement dépassé les limites qu'elles s'était posées :" Elle trahissait son trouble. Ce trouble qu'elle était incapable de définir. Le Larousse s'arrête là où commence le coeur".(p179)
Mais l'envie et la mesquinerie qui les entourent les mettent sur la défensive et ils finissent par douter " Le sentiment amoureux est le plus culpabilisant . On peut penser alors que toutes les plaies de l'autre viennent de soi" (p183)
Leur réponse à cette animosité sera la même , chacun de leur côté, le refus et la fuite. C'est cette fuite qui les rapprochera défintivement.
On retrouve toutes les qualités déjà citées, inutile de les répéter. Cette fin m'a paru bien trop rapide. Mais ce livre est tellement agréable à lire, leur bonheur si communicatif, que l'on a qu'une envie : leur demander de nous laisser rester encore un peu.

Mon bilan
Tout d'abord le livre:
Je l'ai adoré, vraiment, il m'a mis des pincements au coeur, des petits frissons, il m'a fait sourire mais aussi grogner, il m'a fait me projeter dans l'histoire comme rarement un livre ne le fait.
Un beau roman, plein de délicatesse justement, une histoire d'amour touchante, que seul le fait que je le lisais avec spyd m'a freiné pour ne pas le dévorer d'un seul coup. Un livre bien trop court.
Sinon, j'ai adoré cette version de la LC, cette lecture en comparses littéraires, un partage évident, rudement agréable. Merci spyd, cela a été un vrai plaisir.
A noter que pour moi ce livre est un coup de


Son bilan
Un livre plein de fraîcheur et d'humour. Des personnages humains, imparfaits et attachants remplis de délicatesse. Nathalie est convalescente, Markus a mis son armure, mais tous deux se trouvent dans l'autre.
Un style fluide tout entier aux sentiments, quels qu'ils soient. Une belle histoire que l'on vit avec ravissement. Un vrai bonheur. J'aurais pu continuer ce voyage coeur à coeur encore longtemps.
Ma note: 17/20  

10 petit(s) cri(s):

Azilis a dit…

à travers vos mots (à tous les deux), je retrouve les sentiments et les émotions que j'ai pu avoir à la lecture de roman délicat!
J'ai hâte de revivre la fin avec vos mots! ^^
Bonne fin de roman!
(et je trouve cette nouvelle façon de faire une LC très sympa!!)

revelation/noursette a dit…

merci pour ton gentil commentaire..
la version à 4 yeux me convient bien, même si c'est terrible d'attendre l'avis de spyd (en fait ça fait peur de connaître l'avis de l'autre lol)..
j'ai hâte de connaître sa position sur le deuxième tiers et de poursuivre ma lecture ....

spyd skorpionnan a dit…

Pour moi aussi un coup de coeur
et je crois que nous avons le même sentiment sur ce livre.

Cela aura été un réel plaisir de le lire en si charmante compagnie.

revelation/noursette a dit…

totalememt....
pour ma part aussi, un vrai plaisir....
comme on l'a dit...à refaire.....

MyaRosa a dit…

Très sympa cette chronique à deux.
J'ai beaucoup beaucoup aimé ce livre aussi. J'ai particulièrement aimé la fin. Quelle belle image...

Valérie a dit…

Me voilà ravie de ton coup de coeur, ce livre vient d'entrer dans ma PAL.
Merci pour le challenge Wii Fit, cela me permet de découvrir ton blog.

titoulematou a dit…

j'ai adoré aussi ce livre. C'est vrai qu'on envie de la suivre encore longtemps l'histoire de Nathalie et Markus. Je me suis tellement attachée à ces personnages que j'aurais envie de les rencontrer.

Cajou a dit…

Je n'ai lu que le début de ton article, pour éviter tout spoiler possible. Mais cela a amplement suffi à me donner envie de le lire ! Il est dans ma PAL depuis quelques mois, mais dès que j'ai fini celui que je viens d'entamer, je me lancerai à corps perdu dans cette "Délicatesse".
Un tout grand merci pour ton billet rempli d'enthousiasme :)

Cajou a dit…

Comme annoncé, je l'ai commencé hier soir :) Après les 20 premières pages, je me suis dit "Merde, dans quelle lecture *guimauve-bonbon rose-bisounours* me suis-je lancée"... je n'en pouvais plus de ce bonheur parfait étalé... mais ouf, ça change vite de registre et maintenant, je suis complètement happée par la lecture. Je n'en suis qu'à la page 70 parce que, comme ça me plaît, je prends tout mon temps !
A plus tard pour mon billet ^^

Au plaisir de te lire

Cajou

Cajou a dit…

J'ai fini(dommage, j'avais envie que ça dure plus longtemps) et j'ai beaucoup aimé <3
Encore merci pour ton billet qui a fait sortir ce livre des tréfonds de ma PAL :)

Enregistrer un commentaire

votre avis m'intéresse....